Un prof d’histoire-géo décapité dans les Yvelines

Le vendredi 16 octobre 2020, pendant les vacances scolaires en Nouvelle-Calédonie,un professeur d’histoire-géographie a été décapité dans son collège de Conflans-Sainte-Honorine.

En effet, durant un cours sur la liberté d’expression, ce professeur âgé de 47 ans avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, le prophète de l’islam, extraites du journal Charlie Hebdo, après les avoir informés que, si cela les choquait, ils pouvaient sortir de la salle le temps du cours.

Des fleurs déposées devant le collège du Bois d'Aulne, à Conflans Saint Honorine, le 17 octobre 2020, pour rendre hommage à Samuel Paty, le professeur d'histoire-géographie assassiné.
Charles Platiau / REUTERS

Selon l’enquête, vers 17h les policiers ont été appelés et ont découvert une victime décapitée devant le collège de Bois d’Aulne. Selon plusieurs sources, l’assassin serait un jeune homme de 18 ans, d’origine tchétchène armé d’un couteau et d’un fusil. Il aurait ensuite posté une vidéo de la tête coupée sur les réseaux sociaux. Il a été tué par la police.

« Le terroriste a voulu abattre la République dans ses valeurs », a annoncé Emmanuel Macron.

Deux mosquées de Nouvelle-Zélande frappées par des fusillades

A Christchurch , en Nouvelle-Zélande, deux mosquées ont été frappées par des attentats qui ont fait près de 50 morts et plusieurs blessés. Gros plan sur ces fusillades meurtrières.

Le vendredi 15 mars dernier, lors de la prière traditionnelle qui réunit tous les musulmans, ces derniers ont vécu un drame sans précédent.

En effet, deux mosquées ont été victimes de fusillades faisant une cinquantaine de morts et plusieurs blessées. Un habitant témoigne : « Cela devait être une arme automatique, personne ne pourrait appuyer sur la gâchette aussi vite. »

Trois hommes sont en garde a vue et des engins explosifs ont été désarmés par des militaires. Il semblerait que le coupable soit un ressortissant australien extrémiste de droite.

Vendredi 21 mars, une semaine jour pour jour après l’attentat, la Nouvelle-Zélande a rendu hommage aux 50 musulmans tués. En Australie, de l’autre côté de la mer de Tasman, de nombreuses personnes se sont également arrêtées à l’heure dite en signe de respect.

La Nouvelle-Zélande pleure ses victimes.

 AFP / DAVID MOIR

Des attentats à Paris

Vendredi 13 novembre 2015 : l’horreur est au RDV à Paris ! Huit kamikazes ont sévi en différents endroits de la capitale, notamment dans les 10ème et 11ème arrondissements de Paris, rue Bichat, rue de la Fontaine-au-Roi, rue de Charonne, au Bataclan, et boulevard Voltaire, ainsi qu’à Saint-Denis aux abords du Stade de France.

Il était prévu que trois des kamikazes aillent au match de foot amical France-Allemagne qui se déroulait au Stade de France et qu’ils se fassent exploser au milieu des autres spectateurs, mais le Président François Hollande étant présent la sécurité avait été renforcée. Les terroristes n’ont donc pas pu entrer dans l’enceinte du stade.

Quand aux criminels se trouvant rue Bichat, rue de la Fontaine-au-roi, rue de Charonne, ils ont mitraillé des terrasses de cafés ou de restaurants, entraînant sur leur passage la mort de nombreuses personnes.

Au Bataclan, c’est un tout autre scénario qui s’est déroulé, puisque des kamikazes se sont d’abord introduits dans la salle où ils ont tiré dans la foule au hasard avant de prendre la salle en otages, pour enfin se faire exploser lors de l’assaut de la police. Bilan : près de 90 morts !

Ces attentats auront causé un total de 130 morts et de plus de 350 blessés plus ou moins graves.

Nous avons pu compter sur le soutien de nombreux pays avec notamment le logo et #PrayForParis.

Embedded image permalink

(Picture from jean jullien on Twitter- @jean_jullien)

Image

Quand la Tour Eiffel s’éteint, le monde s’illumine aux couleurs de la France (buzzfil.net)